Investir dans la pierre papier : la "pierre papier", c'est quoi ?

Cette image renvoie à la nature de l'investissement. L'investisseur détient de l'immobilier sous forme de parts de société (= du papier) et non pas de l'immobilier en direct (= de la pierre). On parle aussi souvent d'immobilier papier. La gestion de la société et du bien immobilier est confié à un gérant qui aura pour mission de gérer votre investissemnt pour votre compte.

L’investisseur n’achète pas un bien immobilier en direct, en réalité, il acquiert des parts ou des actions de sociétés qui sont investies dans l’immobilier. On dit Pierre, car l'épargne est indirectement investie dans la Pierre. On parle de sous jacent immobilier. Et ceci en passant une société.

Investir dans la pierre papier : les différentes formes

La SCPI

La SCPI est la forme de Pierre Papier la plus répandue. Son fonctionnement est proche de l’investissement direct que ce soit au niveau de la fiscalité (les revenus sont taxés comme des revenus fonciers) ou au niveau des montages financiers (vous pouvez acheter les parts à crédit). Les frais d’acquisition et de gestion sont bien entendu un peu supérieurs à ceux de l’immobilier direct. Certaines SCPI donnent accès aux différents dispositifs de défiscalisation tels que la loi Malraux ou la loi Scellier. Les SCPI de rendement distribuent ces dernières années des revenus élevés et réguliers, alors que les SCPI de capitalisation visent une plus value à terme. Les SCPI sont des placements à long terme, car investis sur l'immobilier. Elles offrent de la souplesse aux investisseurs pour construire progressivement un capital et disposer à terme d’un complément de ressources par exemple pour la retraite.

L'OCPI

Les OPCI complètent l’offre Pierre Papier. Les OPCI sont des produits d'éparge orientés vers l’immobilier locatif. Les particuliers peuvent souscrire des parts ou des actions d’OPCI via des contrats d’assurance-vie ou dans le cadre de l’épargne salariale.

Les OCPI se distinguent des SCPI par une diversification accrue de leur patrimoine qui peut être constitué d'une part plus ou moins importante de valeurs mobilières. Ils en retirent une liquidité accrue. La création des organismes de placement collectif dans l’immobilier est un facteur de modernisation de la Place financière de Paris. Ces outils doivent lui permettre de jouer un rôle prépondérant en matière immobilière, en offrant à la fois des SIIC et des produits de gestion collective immobilière.

La SIIC 

Alors que l’immobilier et la bourse sont souvent mis en opposition, certaines sociétés cotées, foncières ou SIIC ont pour objet la possession et la gestion d’un patrimoine immobilier. Elles capitalisent sur les avantages de la Pierre comme par exemple, la sécurité du sous jacent ou encore son rendement locatif et ceux du titres côtés comme la liquidité. Les SIIC peuvent constituer à long terme un bon compromis entre l'immobilier et les marchés financiers : un bon investissement en vue de la retraite.

Investir dans la pierre papier : les formes dérivées

La pierre papier ou l'immobilier papier peut s'orienter vers des sous jacents immobiliers plus atypiques comme les terrains agricoles, les vignes, les forêts...

Les Groupements Fonciers Viticoles (GFV) 

Investir dans une groupement foncier viticole, c’est devenir indirectement propriétaire d’une parcelle de vigne. C’est un placement atypique qui est réservé à une clientèle avertie. Quand vous achetez une part GFV, vous devenez associé d'une société, elle-même propriétaire d’une parcelle de vigne. Le ticket d'entrée se situe autour de 20 000 €. L’intérêt patrimonial des Groupements Fonciers Viticoles est fiscal et successoral. Pas moins de 80 % des GFV sont proposés en région bordelaise. Le capital n’est pas garanti. Le GFV est peu liquide : vous pouvez toujours céder vos parts, encore faut-il trouver un acheteur mais cela coutera 5 % de frais. Ces investissements en GFV ont une rentabilité qui fluctue entre 1,5% à 3% par an. Le bénéfice est fonction de la qualité du vin et donc de son prix.

Les investisseurs sont payés en nature. Ils bénéficient de bouteilles de vin ou de tarifs préférentiels sur leur achat auprès de l’exploitant. La valeur des parts est indexée sur l’évolution du prix du foncier.

Dans le domaine fiscal, les recettes réparties sont imposées selon leur origine. Il s’agit de revenus fonciers soumis au régime du microfoncier, avec une réduction forfaitaire de 30 % ou imposable après déduction des frais réels. Une petite partie des sommes composant le rendement servi peut correspondre à des produits financiers. Ils sont comptés dans la déclaration de revenus et supportent l’impôt au barème progressif. Les parts de l’impôt de solidarité à la fortune sont exonérées à la hauteur de 75 % dans la limite 101 897 € en 2017, puis de 50 % au-delà de ce seuil. C’est la même chose pour les droits de donation et de succession. Les recettes à la cession relèvent du régime de plus-value immobilière. Ils sont exonérés au bout de 30 ans par le jeu des abattements.

Les Groupements Fonciers Forestiers

Ce sont des sociétés civiles particulières. Ces groupements ont pour objectifs de constituer, d'améliorer, d'equipier, de conserver, de gérer un ou plusieurs massifs forestiers ou d'acquérir des forêts ou des terrains à boiser.

Ces groupements ont la possibilité de comporter parmi les forêts et terrains à repiquer (sur autorisation administrative) quelques terrains à vocation pastorale. En revanche leur taille ne doivent pas excéder une certaine limite (selon arrêté préfectoral). Le capital social ne peut pas être constitué par des titres négociables.

La rentabilité dépend de l’évolution de la valeur du foncier, de la croissance et de l’amélioration du stock de bois dans le temps, des revenus de vente de bois et des revenus complémentaires comme, par exemple, le droit de chasse. La performance peut être affectée par un prix de l’achat d’origine trop élevé, par la baisse de prix de vente du bois ou par une mauvaise gestion.

Les Groupements Fonciers Agricoles (GFA)

Un Groupement Foncier Agricole (GFA) est une société de propriétaires fonciers dont le but est de détenir des terres agricoles. Il permet bien souvent aussi aux agriculteurs de séparer la propriété foncière et l'exploitations. Les associés reçoivent des titres en contreparties de leurs apports, et ont un droit de vote proportionnel à la quotes-parts détenues. On distingue le GFA d’investissement et le GFA familial

  • Le GFA d’investissement

Le GFA d’investissement est formé avec pour objectif de constituer une exploitation rentable, en déchargeant l’exploitant du poids des investissements. On y trouve des associés qui ont un role d'investisseur.

  • Le GFA familial

Le GFA familial est composé de membres de la même famille. Il est un outil de transmission qui permet de garder l’unité de l’exploitation en cas de succession. Autrement dit, l'exploitant évitere ainsi le partage ou l’indivision de sa propriété foncière sur laquelle repose son exploitation.

Transformer un patrimoine foncier en parts sociales cessibles permet en cas de succession d'appliquer aux décisions la règle de la majorité (et non plus l'unanimité comme dans l'indivision). Cela permet aussi d'assurer que l'exploitation ne sera pas découpé en morceaux, en conservant l'unité de la propriété foncière par le GFA.

Le propriétaire bénéficie d’une exonération des droits de mutation des ¾ de la valeur jusqu’à 101 897 € et de 50% au-dessus de ce montant. Pour bénéficier de ces avantages, il y a certaines conditions :

  • Le donateur ou le défunt doit détenir les parts depuis plus de 2 ans
  • Le GFA doit s’interdire le faire-valoir direct dans ses statuts
  • Le GFA doit louer par bail à long terme tous les biens immobiliers qui constituent son patrimoine depuis plus de 2 ans
  • Les donataires ou héritiers doivent conserver les parts pendant 5 années minimum.

Au niveau de l’impôt sur la fortune, les parts GFA sont entièrement exonérées dès lors que le bien est qualifié de bien professionnel. L’exonération totale s’applique sous certaines conditions :

  • Statuts interdisant l’exploitation directe ;
  • Biens ruraux donnés à bail à long terme ;
  • Parts détenues depuis plus de 2 ans ;
  • Parts représentatives d'apports en nature ;
  • Le preneur utilise le bien rural dans l'exercice de sa profession principale.

Les parts de GFA ne sont que partiellement exonérées d'ISF, si seules les conditions suivantes sont remplies :

  • Biens ruraux donnés à bail à long terme ;
  • Parts représentatives d'apports en nature ;
  • Statuts interdisant l’exploitation directe ;

Investir dans la pierre papier : les avantages

Un des avantages de la Pierre Papier est que vous êtes totalement déchargé de la charge l'administration, car elle est réalisée par un professionnel. Les parts peuvent être mises dans un contrat d’assurance-vie, vous pourrez cumuler les avantages fiscaux de l'assurance vie et de l'immobilier.

Investir dans la pierre papier : les inconvénients

Les revenus fonciers ne sont pas garantis, c’est-à-dire qu’ils dépendent de la qualité des actifs, des potentiels plus-values des immeubles choisis à long terme, de la stabilité des “locataires”, des baux négociés et de la conjoncture économique.

Découvrez dès à présent nos projets en cours

Thumb big c

Maison 5 pièces à travaux Lomme Lille

Lille, 59160

214 488 €

Dividom vous permet de vous constituer un capital en investissant dans une maison transformée en colocation au coeur...

8,95%
19 200 € / an
Ticket d'entrée :
1 000 €
Thumb big illustration groupe sofim art de ville 80142 lomme 101748

Appartement neuf T3 Lomme Lille

Lille, 59160

202 375 €

Dividom vous propose cet appartement neuf T3 situé dans une résidence dynamique et...

4,03%
8 904 € / an
Défiscalisation Pinel
Ticket d'entrée :
10 000 €
Thumb big le jardin d eloa villeneuve d ascq 9686 002

Appartement neuf T2 Villeneuve d'Ascq 2

Villeneuve-d'ascq, 59491

148 883 €

Dividom vous propose cet appartement neuf T2 placé dans une...

3,97%
6 435 € / an
Défiscalisation Pinel
Ticket d'entrée :
5 000 €